"Txori/Zori" : un oiseau de malheur... ou de bonheur (Elgar N° 600 MARS/AVRIL 2020)

 Dans l'Antiquité Romaine, les augures étaient les prêtres qui étaient chargés d'interpréter les phénomènes naturels pour en tirer des bons ou mauvais présages. Le vol des oiseaux ou leur comportement faisaient partie des phénomènes observés.

Chez les Basques, peuple très lié à la nature, il était logique que les oiseaux prennent une très grande importance pour comprendre leur destin.

De "txori", l'oiseau, le basque est ainsi passé à "zori", le sort, le destin, la fortune. Logiquement, "zoriona"(littéralement le bon sort) est le bonheur et si quelqu'un est "zoriontsua", il est heureux. Parallèlement, les Basques s'adressent traditionnellement des "zorionak", quand ils s'envoient des félicitations ou des voeux, ou qu'ils souhaitent des anniversaires. Inversement, "zoritxarra" ou "zorigaitza" est le malheur ou l'infortune (de "txarra" et "gaitza", mauvais).

Et dans le langage courant, "zoritxarrez" et "zorigaitzez", c'est "malheureusement", et "zoritxarrean", c'est "au mauvais moment".

En français, on parle souvent des "oiseaux de malheur". En basque, les oiseaux peuvent apporter le bonheur ou le malheur, selon les hasards de la destinée. 

 

Jean-Baptiste Heguy